ÉTAPE 2 : Analyser les lacunes en matière de capacités de la PNIN (2/3)

2. S’appuyer sur l’aide d’un expert

L’analyse des lacunes en matière de capacités requiert un ensemble spécifique de compétences, de l’expertise et du temps. Il est conseillé de faire appel à une assistance technique spécialisée externe avant de s’engager dans le processus. En Éthiopie, par exemple, une assistance technique a été fournie par le responsable du renforcement des capacités de l’IFPRI afin de guider le processus d’évaluation et d’analyse des lacunes de la PNIN en matière de capacités (voir l’étude de cas de l’Éthiopie dans cette section/n°15). Le partenariat REACH (Efforts renouvelés contre la faim et la dénutrition chez les enfants) regroupe des facilitateurs qui s’attachent à renforcer les capacités des parties prenantes et institutions nationales et peuvent constituer une source d’expertise dans les pays dans lesquels ils travaillent. D’autres partenaires de développement peuvent également être en mesure de fournir une assistance technique spécialisée.

*****

3. Avoir recours à différentes méthodes

Une bonne pratique consiste à adopter différentes méthodes pour rassembler et trianguler des données qualitatives et valider des données quantitatives, par exemple des questionnaires, des ateliers, des enquêtes en ligne et des groupes de discussion (voir les études de cas de l’Éthiopie et du Guatemala dans cette section/n°15).

*****
Exemple : Évaluation des capacités en matière de nutrition au Tchad, 2018
Prenant la forme d’une étude qualitative et soutenue par REACH, l’information a été collectée selon trois méthodes :
  • étude documentaire ;
  • entretiens avec des informateurs clés ;
  • groupes de discussion avec les représentants du gouvernement et les réseaux SUN respectifs.

L’étude s’est concentrée sur les capacités fonctionnelles du Comité technique permanent de l’alimentation et de la nutrition et des nouveaux comités de l’alimentation et de la nutrition dans cinq régions – Guéra, Logone Occidental, Ouaddaï, Tandjilé et Wadi Fari -, examinant leurs capacités respectives à planifier, gérer et coordonner des actions de nutrition. L’évaluation a identifié une série de besoins en développement des capacités, et documenté les forces et les réalisations.