ÉTAPE 3 : Stratégie et plan d’action pour le développement des capacités de la PNIN (1/4)

Que comprennent une stratégie et un plan d’action pour le développement des capacités de la PNIN dans un pays ?
Encore une fois, il n’existe pas une « bonne » façon de définir une stratégie et un plan d’action pour le développement des capacités de la PNIN. Cela dépendra des conclusions de l’analyse des capacités en matière de nutrition et du contexte national spécifique.
Quelques principes généraux peuvent être suivis :

  1. Décider des priorités pour la mise en œuvre du cycle opérationnel de la PNIN.
  2. Faire une programmation avec des objectifs à court et à long termes et les activités correspondantes.
  3. Inclure les compétences techniques et fonctionnelles.
  4. Envisager une combinaison d’outils / d’activités de développement des capacités.
  5. Capitaliser sur les opportunités existantes.
  6. Définir un cadre de suivi et d’évaluation.
  7. Actions de développement des capacités de coût.
*****

1. Décider des priorités pour la mise en œuvre du cycle opérationnel de la PNIN

Il est important de se concentrer sur les priorités identifiées par les parties prenantes plutôt que de produire une longue « liste de souhaits » qui seront difficiles à réaliser. De plus, l’accent doit être mis sur les organisations et les individus les plus déterminants pour la mise en œuvre d’une PNIN. Même si un système national de la nutrition qui fonctionne mal peut présenter des défis considérables pour la mise en œuvre de la PNIN, d’autres (gouvernement et partenaires de développement) travaillant dans le cadre d’initiatives telles que le Mouvement SUN peuvent prendre l’initiative du développement des capacités systémiques, avec le soutien de l’équipe-pays PNIN.

*****

2. Faire une programmation avec des objectifs à court et à long termes et les activités correspondantes

L’expérience des pays PNIN a montré qu’il peut exister des besoins de renforcement des capacités à court terme auxquels il est possible de répondre immédiatement. En Éthiopie, par exemple, l’équipe-pays PNIN a répondu aux besoins immédiats en organisant trois courtes sessions de formation sur le logiciel informatique STATA, sur l’analyse des données d’enquêtes sur les ménages et sur la manière de réaliser une revue de la littérature (voir l’étude de cas de l’Éthiopie page 9).

Il est essentiel pour plusieurs raisons que les actions de renforcement des capacités à court terme soient liées à une stratégie à plus long terme. Le taux élevé de renouvellement du personnel signifie que le personnel possédant les compétences et l’expérience est continuellement remplacé par du personnel n’ayant peut-être pas les mêmes compétences ni expérience. Sans soutien ni mentorat continus, les bénéfices des efforts à court terme tels qu’une formation ponctuelle risquent d’être perdus. Des stratégies à plus long terme peuvent inclure l’intégration de compétences techniques et fonctionnelles liées à la PNIN dans la formation initiale et continue des nutritionnistes et des cadres travaillant dans des secteurs liés à la nutrition, tels que la sécurité alimentaire, l’eau-hygiène-assainissement, la santé et la sécurité sociale.

*****