Les défis et comment les surmonter (2/4)

Défi n°2 : L’accès aux jeux de données pour l’exercice de cartographie des données

Les données deviennent davantage publiques et transparentes. Les plateformes web sont maintenant plus couramment utilisées, comme le compilateur de statistiques EDS, les données de l’ONU, DEVINFO, DHIS2, le référentiel NADA. Des statistiques sommaires sont également fréquemment publiées dans des ouvrages de statistiques, des rapports d’enquête et sur des plateformes web. Obtenir l’accès aux jeux de données bruts peut cependant être problématique et prendre du temps, car :

  • les données doivent pour des raisons éthiques être anonymisées pour pouvoir être partagées ;
  • certaines institutions, de manière compréhensible, hésitent encore à partager des données sensibles en l’absence d’un cadre juridique pour le partage de données.

Bien qu’il ne soit pas nécessaire d’avoir accès aux jeux de données bruts pour compléter l’exercice de cartographie des données, l’exercice devra évaluer l’accessibilité en pratique des jeux de données en :

  • se renseignant sur les étapes de la procédure formelle pour obtenir une autorisation officielle et accéder aux données ;
  • interviewant des utilisateurs externes au sujet de leur expérience en matière d’accès aux données ;
  • faisant une tentative d’accès à la base de données en :
    • téléchargeant et ouvrant des bases de données officiellement disponibles sur le web afin d’établir si un code d’accès est requis, si tous les indicateurs sont disponibles, si les données sont anonymisées ;
    • demandant un accès aux fournisseurs de données. Même s’il n’est pas possible d’accéder à un jeu de données particulier, il est utile de savoir où les jeux de données sont stockés et de connaître les processus et informations nécessaires pour l’accès. Il est également important d’établir si des rapports décrivant la méthode d’échantillonnage, les contrôles de la qualité des données et les résultats sont disponibles.

Les efforts visant à établir l’accessibilité des jeux de données peuvent être chronophages. Idéalement, il existe un cadre juridique pour le partage de données. En l’absence d’un tel cadre, l’équipe-pays PNIN devra le préconiser, mais devra en même temps trouver une solution pragmatique pour accéder aux données. Sur la base de l’expérience du passé, les facteurs suivants peuvent contribuer à faciliter l’accès à des jeux de données multisectoriels :

  • Développer des relations avec des fournisseurs de données : l’accès aux jeux de données peut dépendre de relations individuelles basées sur la confiance. L’exercice de cartographie des données est un bon moyen d’identifier les principaux fournisseurs de données, d’établir des relations avec eux et de les sensibiliser à la PNIN. Cela inclut une explication à propos de ce que la PNIN a l’intention de faire avec les données, en comprenant les préoccupations des fournisseurs de données et les informations et autorisations nécessaires pour accéder aux données.
  • Impliquer les fournisseurs de données dans la PNIN : l’expérience du projet NEP a montré que le fait d’avoir les fournisseurs de données principaux comme membres du comité technique était un moyen efficace d’accéder aux jeux de données.
  • Se coordonner avec les fournisseurs de données : les experts en données de la PNIN ne doivent pas travailler en silo mais impliquer les fournisseurs de données dans l’interprétation et la communication des données. Les produits PNIN doivent bénéficier aux fournisseurs de données. Par exemple, en Côte d’Ivoire, le Premier ministre a remis à l’équipe-pays PNIN une lettre officielle adressée aux fournisseurs de données afin de lui donner un accès systématique aux jeux de données.
  • Dans un objectif de mise à jour d’un référentiel central (basé sur le logiciel NADA), l‘Institut national de la statistique du Burkina Faso a organisé en 2012 un atelier d’une semaine avec des points focaux des différents ministères. Chaque point focal est venu avec ses jeux de données à télécharger. Les discussions sur l’harmonisation des indicateurs ont constitué la base d’un plan d’action. L’atelier a créé un forum dynamique qui a facilité le partage de données au lieu de demander des jeux de données à chaque partie prenante.