Méthodes d’analyse de données adaptées à la configuration de la PNIN (1/3)

Compte tenu des principes d’analyse de données propres à la PNIN et de la nature des données généralement disponibles dans les enquêtes basées sur la population ou au sein des systèmes d’information de suivi de routine, comme décrit dans la partie précédente, certaines méthodes d’analyse de données sont particulièrement adaptées pour aboutir à des recommandations pratiques afin d’éclairer les décisions en matière de politique nutritionnelle, de programme et de budget, tandis que d’autres sont moins appropriées. La partie suivante décrit pourquoi :

  1. des méthodes significatives d’analyse de données descriptive ou comparative doivent constituer le point de départ de la PNIN ;
  2. les données d’enquêtes basées sur la population ou les données de routine ne permettent pas une analyse solide des liens de causalité ou une évaluation d’impact ;
  3. l’analyse du rapport coût-efficacité des interventions nécessite un cadre de recherche.
*****

1. Des méthodes significatives d’analyse de données descriptive ou comparative doivent constituer le point de départ de la PNIN

L’analyse descriptive multisectorielle, l’analyse budgétaire et l’analyse des tendances, qui utilisent différentes sources d’information, sont des méthodes classiques d’analyse de données permettant de répondre à des questions de politique.
Ces méthodes peuvent :

  • être appliquées aux enquêtes basées sur la population, aux données de routine ou aux données modélisées ;
  • délivrer un message simple et facile à communiquer aux décideurs ;
  • fournir des résultats qui ne peuvent pas être contestés et traduisibles en actions ou en décisions ;
  • fournir des résultats en temps utile ;
  • maximiser l’utilisation de données sous-utilisées sur les investissements dans la nutrition et sur la couverture des interventions (partie gauche du chemin de l’impact, section 2.3/n°5).
    Ces méthodes suivent bien les principes d’analyse de données de la PNIN (voir pages précédentes) et s’adaptent au type de données généralement utilisées par la PNIN (cette section/n°1).
    Les six exemples présentés ci-dessous illustrent comment des méthodes d’analyses descriptives ou comparatives peuvent fournir des informations particulièrement utiles aux décideurs.
*****
Exemples