Mise en place du Comité consultatif multisectoriel : l’expérience de l’Éthiopie

Contexte

L’Éthiopie met en œuvre la deuxième phase (2016-2020) de son programme national sur la nutrition (NNP-II). NNP-II est co-signé par 13 ministères. Il est gouverné par une structure nationale de coordination multisectorielle composée de l’Organe national de coordination au niveau politique et décisionnel et du Comité technique national pour la nutrition au niveau technique et de la planification.
L’initiative PNIN en Éthiopie est établie sous l’égide du programme national multisectoriel de la nutrition et de son système de gouvernance. Elle vise à produire des connaissances et des enseignements pour guider la mise en œuvre du NNP-II et soutenir les secteurs qui y contribuent.
L’initiative PNIN est hébergée par l’Institut éthiopien de la santé publique (EPHI), qui préside également le Comité thématique chargé du suivi-évaluation-recherche (CT-SER), l’un des trois comités thématiques de haut niveau de la structure nationale de coordination multisectorielle. En outre, en raison de ses multiples responsabilités, l’EPHI est étroitement lié au Comité technique national pour la nutrition (NNTC) et à l’Organe national de coordination pour la nutrition (NNCB).

Structure de coordination multisectorielle de la phase II (2016-2020) du programme national de nutrition (NNP)

PNG - 107.7 ko

Création du Comité consultatif multisectoriel

Au cours de la phase de conception de l’initiative PNIN, le CT-SER a été identifié comme étant le comité le mieux placé pour assumer le rôle de Comité consultatif multisectoriel pour l’initiative PNIN, car ses objectifs sont étroitement alignés sur ceux de l’initiative PNIN. Le comité vise à fournir un soutien et une direction techniques, à générer des données et suivre les progrès, et à aider à la prise de décision dans les meilleurs délais, ceci dans un objectif de réussite de la mise en œuvre du NNP-II. Les membres du CT-SER représentent tous les ministères du gouvernement signataires du NNP-II, ainsi que les donateurs, la société civile et les organisations de recherche. Le CT-SER possède la plupart des caractéristiques du CCM : un grand nombre des fonctions relatives à l’initiative PNIN sont inclues dans ses termes de référence et il remplira les fonctions de validation, de communication et de diffusion ; il est idéalement positionné pour servir de relai officiel entre l’initiative PNIN et le niveau décisionnel national. Il présente également l’avantage de respecter la plupart des principes fondamentaux du CCM : faire partie de la structure de coordination multisectorielle existante qui supervise les progrès de la mise en œuvre du NPP-II, assurer la participation régulière des représentants gouvernementaux du NNP-II et avoir la capacité de mobiliser des compétences supplémentaires grâce à la participation des donateurs, de la société civile et des organisations de recherche.
En dépit de tous ces avantages, le comité de pilotage compte de nombreux membres. Bien que ce comité de pilotage ait intégré les rôles consultatifs de l’initiative PNIN dans ses termes de référence, l’initiative PNIN prévoit également de créer un CCM qui lui soit propre, qui sera composé d’un petit groupe de conseillers sélectionnés dotés d’un pouvoir décisionnel de haut niveau et de liens étroits avec les ministres. Ce CCM sera créé en 2019 et devrait prendre en charge une sélection d’activités spécifiques à l’initiative PNIN.

Composition et modalités de travail au niveau national

Le CCM suit une double approche en Éthiopie puisqu’il s’appuie sur un comité existant, le CT-SER, et un comité consultatif propre à l’initiative PNIN.
Les termes de référence existants définissaient les modalités d’adhésion et de fonctionnement du CT-SER avant la mise en œuvre de l’initiative PNIN. Le CT-SER assumera de plus les tâches du CCM suivantes :

  • soutenir, conseiller et coordonner les efforts en matière de développement et d’utilisation d’une base de données sur la nutrition dans le cadre de l’initiative PNIN ;
  • soutenir l’identification des domaines prioritaires pour la recherche sur les politiques de nutrition afin de mieux comprendre l’évolution du programme national de nutrition et la nécessité d’une réorientation ;
  • aider à identifier les questions clés de politique en ligne avec la demande des décideurs de haut niveau ;
  • relayer et soutenir la diffusion des résultats aux décideurs de haut niveau par le biais de la coordination multisectorielle nationale (NNCB et NNTC) ;
  • le cas échéant, contribuer activement au processus d’évaluation des besoins en termes de capacités de l’initiative PNIN et participer aux efforts de renforcement des capacités que celle-ci a lancés.

Au cours de la période de lancement de l’initiative PNIN, le Comité de pilotage SER a demandé à l’équipe-pays PNIN d’explorer plus avant les activités à mener pour encore améliorer la réduction du retard de croissance. En conséquence, l’équipe a commencé à travailler sur un projet pilote « EAH et nutrition » dans le cadre de l’initiative PNIN.
EPHI préside le CT-SER et l’Institut éthiopien de recherche agricole (EIAR) le copréside.

Forces et difficultés

Le principal avantage de l’intégration de certaines des fonctions du CCM au sein du CT-SER existant est que ce dernier est déjà une structure fonctionnelle et fiable. Les termes de référence du comité sont formalisés et tous les membres du comité ont été officiellement nommés par leurs ministères respectifs et sont bien sensibilisés aux questions de nutrition actuelles dans le pays et au sein de leurs institutions respectives. Le CT-SER se réunit régulièrement et de nombreux membres ont des liens directs avec les décideurs de haut niveau. Le caractère multisectoriel du comité devrait faciliter l’accès aux données d’un secteur à l’autre, car les membres ont tout intérêt à répondre aux questions de politique traitées par l’initiative PNIN.
Par son rôle de président du CT-SER et son rôle dans le NNCT et le NNCB, EPHI collabore en continu avec un large éventail de parties prenantes multisectorielles dans le domaine de la nutrition. Il rend compte de l’initiative PNIN aux plus hautes structures de gouvernance de la nutrition, permettant ainsi un effet de levier politique et décisionnel de haut niveau.
Enfin, cette configuration favorise la mise en oeuvre multisectorielle du NNP et facilite l’approche de renforcement des capacités de l’initiative PNIN, car les membres motivés du CT-SER à la fois contribuent au processus d’évaluation des besoins en termes de capacités et bénéficient des investissements en matière de renforcement des capacités.
Cependant, le CCM de l’initiative PNIN ne sera opérationnel qu’en 2019, il reste donc à voir s’il sera capable de nouer des relations de travail efficaces avec le CT-SER pour travailler en complémentarité ainsi que d’acquérir la respectabilité nécessaire pour influencer le processus décisionnel au plus haut niveau.