Question 1 : Quelle est la distribution spatiale de l’obésité et du surpoids au Bangladesh ? Quels sont les groupes les plus touchés ?

L’objectif implicite de cette question est d’améliorer le ciblage de l’intervention.

QUELLES sont les caractéristiques d’une question de politique bien formulée ?Commentaires pour la question 1
1. La question doit répondre à un besoin politique La pertinence politique est assurée par les étapes 1 et 2 du processus de formulation des questions.
2. C’est une question à laquelle les données quantitatives existantes peuvent apporter une réponse Les experts en données doivent identifier les principaux jeux de données disponibles qui mesurent cet indicateur.
Les enquêtes basées sur la population constituent une bonne source de données pour cette question.
Des données modélisées existent également sur l’IMC (www.ncdrisc.org), pouvant aider à répondre à la question.
Cela présente des avantages et des inconvénients qui doivent être soigneusement équilibrés lors de l’élaboration du plan d’analyse de données.
3. La question doit fournir une réponse en temps utile pour les politiques La ponctualité de la réponse est discutée au cours des étapes 1 et 2 du processus de formulation des questions. À noter que seul le plan d’analyse de données pourra définir avec précision le temps nécessaire à l’analyse.
4. L’analyse de la question doit conduire à des recommandations et des décisions pratiques Ceci est assuré par les étapes 1 et 2 du processus de formulation des questions.
5. La question doit préciser :
a) les groupes de population
b) le type d’intervention
c) l’objectif
d) la période
e) les résultats attendus
Les groupes d’âge doivent être précisés : adultes ? Enfants ? Adolescents ? Tous ?
Le plan d’analyse de données précisera ce que l’on entend par « groupes les plus touchés ».
L’analyse devra-t-elle porter sur le surpoids et l’obésité :

  • par région ? (besoin de données représentatives au niveau infranational) Utiliser les données là où elles sont exploitables. Si les décisions sont prises au niveau régional, il est logique de recourir à des sous-groupes régionaux.
  • par quintile de revenu ?
  • rural vs urbain ?
  • par quintile de revenu ET région ?
    Une brève revue de la littérature peut aider à définir ces groupes dans le contexte du Bangladesh. Les données disponibles peuvent également limiter le choix des groupes.



b) Cette question concerne un objectif de la nutrition, pas une intervention spécifique.
c) L’« objectif politique » sous-jacent pourrait être précisé, ce qui guiderait l’élaboration du plan d’analyse de données.
d) La question suggère de considérer les données les plus récentes. Si les données ne sont disponibles que pour 2005, l’analyse est-elle toujours pertinente ? La période peut également être choisie en fonction d’objectifs officiels ou d’une année stratégique pour le lancement d’un nouveau plan.
e) L’IMC est généralement utilisé comme indicateur de résultat du surpoids et de l’obésité. Le plan d’analyse de données précisera si l’analyse utilisera comme indicateur de résultat les catégories d’IMC ou l’IMC moyen.

6. La question doit impliquer des méthodes d’analyse de données adaptées à l’utilisation par l’approche PNIN La question implique l’utilisation d’une méthode d’analyse de données descriptive.
Le plan d’analyse de données doit détailler les méthodes à utiliser, par exemple le t-test pour comparer l’IMC moyen entre les différents groupes, ou l’affichage graphique de l’IMC moyen avec des intervalles de confiance.