Exemples

  • Qu’entend-on par des divisions « infranationales » ?

    Les sous-divisions administratives diffèrent selon les pays. Pour les besoins de cet guide, les définitions suivantes sont adoptées :

    • Le terme générique « région » correspond au « niveau administratif infranational de niveau N-1 », dans le cadre duquel un pays est généralement divisé en 10 à 20 sous-divisions.
    • Le terme générique « district » correspond au « niveau administratif infranational de niveau N-2 », dans le cadre duquel un pays est généralement divisé en 30 à 100 sous-divisions.

    Cette dénomination correspond à la situation existante dans la plupart des pays PNIN à l’exception de la Côte d’Ivoire, où ce que l’on appelle ici « région » correspond en fait à un « district » et vice-versa.

    Sous-divisions administratives dans les pays de l’initiative NIPN
    Terme générique utilisé dans ce guideRégionDistrict
    PaysNiveau N-1Niveau N-2
    Bangladesh 8 divisions 64 districts
    Burkina Faso 13 régions 45 provinces
    Côte d’Ivoire 12+2 districts 31 régions
    Éthiopie 11 états régionaux 68 zones
    Guatemala 22 départements 335 municipalités
    Kenya 47 districts
    RPD Laos 17 provinces + Vientiane districts
    Niger 7 régions + Niamey 63 départements
    Ouganda 15 sous-régions districts
    Zambie 10 provinces 103 districts
  • Tableau de bord national et infranational du SUN MEAL

    Lien : https://scalingupnutrition.org/fr/progres-et-impact/suivi-evaluation-redevabilite-et-apprentissage-meal/tableaux-de-bord-des-pays/

    Des tableaux de bord nationaux ont été élaborés pour les pays SUN. En outre des tableaux de bord infranationaux sont en cours d’élaboration, qui sont légèrement différents et ont pour but de comparer les données entre les districts.

    Principales caractéristiques du tableau de bord SUN MEAL :

    • Sous-sections claires qui correspondent directement à la théorie du changement du Mouvement SUN et sont conformes, à de nombreux égards, aux cadres de nutrition du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et du Lancet.
    • Les indicateurs ne présentant « aucune donnée » sont clairement visibles (bien qu’ils ne soient pas présentés dans cet exemple).
    • L’année la plus récente au cours de laquelle l’indicateur a été collecté est incluse.
    • Les sources de données sont incluses.
    • Un code de couleurs montre clairement les résultats en comparaison avec les résultats médians des autres pays (ou la valeur médiane nationale dans le cas d’un tableau de bord infranational).
    • Les tableaux de bord infranationaux qui ne sont pas encore totalement finalisés présentent un codage de couleurs permettant de comparer les différentes régions.
    • Un résumé narratif est inclus.
    • Une page expliquant la classification des couleurs est incluse.
    • 6 pages au total pour les tableaux de bord nationaux ; 8 pages pour les premières ébauches de tableaux de bord infranationaux (pas encore publiés).

    Contenu du tableau de bord SUN MEAL :

    • Environnement favorable
    • Financement pour la nutrition
    • Intervention et approvisionnement en aliments
    • Législations adoptées
    • Facteurs en faveur de la nutrition dans le cadre des Objectifs de développement durable (ODD)
    • ANJE et apports alimentaires
    • Statut nutritionnel
    • ODD liés à la nutrition
    Exemple

    Extrait du tableau de bord SUN MEAL du Burkina Faso

    JPEG - 118.1 ko
  • Tableau de bord POSHAN au niveau des districts (Inde)

    Lien : http://poshan.ifpri.info/category/publications/district-nutrition-profiles/

    Principales caractéristiques du tableau de bord POSHAN :

    • Tableau de bord au niveau des districts
    • Sous-sections claires
    • Graphique à barres très clair et simple présentant la valeur moyenne du district et celle de l’État. L’un des problèmes qui se posent avec ce type de graphique à barres réside dans l’échelle, car il est difficile de comparer les indicateurs allant de 10 à 20 % avec ceux allant de 40 à 50 %.
    • Les indicateurs ne présentant « aucune donnée » sont clairement visibles
    • Les sources de données sont incluses
    • Une section avec des « points de discussion possibles » est incluse
    • Page mentionnant les déterminants de la malnutrition et les sources d’information
    • 4 pages au total pour les tableaux de bord infranationaux

    Contenu du tableau de bord POSHAN :

    • Profil démographique
    • La situation de la nutrition
    • Déterminants immédiats de la nutrition
    • Couverture des interventions spécifiques à la nutrition
    • Déterminants sous-jacents et basiques de la nutrition
    • Interventions qui affectent les déterminants basiques et sous-jacents
    Exemple

    Extrait du tableau de bord POSHAN du district de Bokaro

    JPEG - 85.1 ko
  • Tableau de bord national du GNR

    Lien : https://globalnutritionreport.org/

    Principales caractéristiques du tableau de bord du GNR :

    • Sous-sections claires
    • Présentation visuelle pratique avec une variété de couleurs, mais plutôt dense.
    • Certains graphiques sont difficiles à interpréter au premier abord.
    • Les sources de données sont incluses.
    • Des analyses des inégalités, définies par le quintile de richesse, sont incluses.
    • Une section présentant les progrès réalisés relativement aux cibles mondiales en matière de nutrition est incluse.
    • 2 pages au total pour les tableaux de bord nationaux.

    Contenu du tableau de bord du GNR :

    • Données économiques et démographiques
    • Anthropométrie des enfants
    • Statut nutritionnel des adolescents et des adultes
    • Progrès réalisés relativement aux cibles mondiales en matière de nutrition
    • Couverture des interventions et pratiques d’alimentation des enfants
    • Déterminants sous-jacents
    • Ressources financières et dispositions politiques, juridiques et institutionnelles
    Exemple

    Extrait du tableau de bord GNR de l’Ouganda

    JPEG - 67.4 ko
  • Tableau de bord national Countdown 2030

    Lien : http://countdown2030.org/country-and-regional-networks/country-profiles

    Principales caractéristiques du tableau de bord national Countdown 2030 :

    • Sous-sections claires
    • Présentation visuelle pratique avec une variété de couleurs, mais plutôt dense.
    • Profil interactif en ligne avec un grand potentiel.
    • Des représentations graphiques de l’équité très simples à interpréter sont incluses.
    • Des liens vers les sources de données sont inclus.

    Contenu du tableau de bord national Countdown 2030 :

    • Données démographiques
    • Couverture de la continuité des soins
    • Équité
    • Santé maternelle et du nourrisson
    • Nutrition des femmes et des enfants
    • Données démographiques
    • Santé des enfants
    • Politiques, système, financements
    • Environnement
    Exemple

    Extrait du tableau de bord Countdown 2030 de la république de Côte d’Ivoire

    JPEG - 93.5 ko
  • Tableau de bord national du système d’information sur la nutrition de l’OMS (WHO NLiS)

    Lien : http://apps.who.int/nutrition/landscape/report.aspx

    Principales caractéristiques du tableau de bord WHO NLiS :

    • Sous-sections claires
    • L’année au cours de laquelle l’indicateur a été collecté est incluse
    • Lien direct vers la source d’information (utile pour les lecteurs en ligne, moins pour ceux qui consultent les tableaux de bord imprimés)
    • Informations très claires sur la signification et l’interprétation de chaque indicateur (fenêtre pour cliquer)
    • Une section sur les politiques et les programmes figurant dans la base de données GINA est incluse

    Contenu du tableau de bord WHO NLiS :

    • Malnutrition chez les enfants
    • Malnutrition chez les femmes
    • Carences en vitamines et éléments minéraux
    • Services de santé
    • Sécurité alimentaire
    • Pratiques de soins
    • Engagement
    • Capacité
    • Méta-indicateurs
    • Politiques et actions dans la base de données mondiale sur la mise en œuvre des actions en matière de nutrition (GINA)
    Exemple

    Extrait du tableau de bord WHO NiLS du Guatemala

    JPEG - 50.5 ko
  • Mettre en place le Comité Consultatif Multisectoriel : l’expérience du Guatemala

    Messages clés

    • L’initiative PNIN au Guatemala a été pleinement intégrée aux structures nationales de coordination pour la sécurité alimentaire et la nutrition.
    • Un comité de travail du Comité technique intersectoriel (CTI) existant, créé par la loi, assumera la fonction de Comité consultatif multisectoriel.
    • Cette configuration garantit non seulement l’institutionnalisation du Comité Consultatif Multisectoriel (CCM), mais également sa légitimité et son autorité pour établir un dialogue politique fondé sur les données et influencer les décisions politiques.
    Télécharger l’intégralité de l’étude de cas sur le Guatemala au format pdf :
    PDF - 916.8 ko
  • Mettre en place le Comité Consultatif Multisectoriel : l’expérience de l’Ethiopie

    Messages clés

    • L’Éthiopie a adopté une double approche pour garantir un suivi et une supervision qui soient multisectoriel et de haut niveau sur le projet : elle s’appuie sur un comité existant et créera en plus un Comité consultatif propre à l’initiative PNIN.
    • L’intégration des fonctions d’un Comité Consultatif Multisectoriel (CCM) dans une structure de coordination existante garantit l’autorité, l’influence stratégique et la durabilité de ce dernier.
    • En même temps, cela permet la sensibilisation ainsi que le renforcement des capacités dans tous les domaines du cycle opérationnel de l’initiative PNIN.
    Télécharger l’intégralité de l’étude de cas sur l’Éthiopie au format pdf :
    PDF - 644.9 ko
  • Définitions : système d’information, jeu de données, indicateur

    Un système d’information est un système de composants interdépendants qui travaillent ensemble pour collecter, traiter, stocker et diffuser des informations entre les parties prenantes / bénéficiaires afin de faciliter la prise de décision, la coordination, le contrôle, l’analyse et la visualisation (par ex. DHIS-2, le référentiel des instituts nationaux de statistique, la plateforme EDS - enquêtes démographie et santé).

    Un jeu de données est un fichier contenant tous les enregistrements individuels d’une enquête spécifique (par ex. enquête EDS dans le pays “X” de l’année 2005).
    Un jeu de données peut être disponible dans un ou plusieurs systèmes d’information. Par exemple, l’enquête EDS de 2012 au Niger est disponible dans le système d’information StatCompiler (plateforme officielle EDS) et dans le système d’information de l’Institut national de la statistique du Niger.

    Un indicateur est calculé en fonction d’une ou de plusieurs variables d’un jeu de données.
    Le même indicateur peut être trouvé dans différents jeux de données, mais il peut être comparable ou ne pas l’être, car :

    • la définition de l’indicateur n’est pas exactement la même. Par exemple, la définition de certains indicateurs dans les enquêtes EDS a évolué avec le temps ;
    • la méthodologie d’échantillonnage utilisée par l’enquête est différente.
  • Example de recensement de fournisseur de données

    ActeurSystème d’information géréCapacityContact
    Ministère de la santé HMIS (DHIS-2) Manque de capacité d’analyse des données relatives à la nutrition
    Personnel informatique disponible
    Entièrement équipé
    Nom, fonction et contact
    Institut National des Statistiques Référentiel NADA
    Plateforme d’indicateurs socioéconomiques DEVINFO
    Enquêtes nutritionnelles
    Manque de capacité d’analyse des données relatives à la nutrition, en particulier pour l’analyse de la consommation alimentaire
    Personnel informatique disponible
    Entièrement équipé
    Nom, fonction et contact
  • Deux options pour surmonter de défi n°1

    Option 1 : Limiter l’exercice au niveau des jeux de données (exclure la matrice des indicateurs)

    L’exercice est toujours considérable et son périmètre peut encore être réduit.

    1. L’éventail de jeux de données à examiner
    Par exemple, la Côte d’Ivoire a décidé d’examiner les jeux de données gérés par les secteurs clés concernés par la nutrition (santé, éducation, genre, affaires sociales, agriculture, ressources animales, eau, économie, finances et planification) et d’autres agences connues pour la gestion de bases de données (Agence nationale pour le développement rural, Offices nationaux de l’eau, etc.).
    Les « secteurs clés » sont ceux impliqués dans le Plan d’action multisectoriel pour la nutrition. Dans certains pays, cette liste peut être beaucoup plus longue, incluant plus de 10 ministères. Dans l’intérêt de l’exercice de cartographie des données, il est recommandé de réduire la liste des fournisseurs de données à examiner afin que l’exercice reste réalisable. D’autres secteurs pourraient être étudiés dans un deuxième temps en utilisant l’expérience acquise lors du premier exercice.

    2. Le niveau de détail des informations à collecter pour chaque jeu de données
    Les équipes-pays PNIN peuvent décider du niveau de détail nécessaire à collecter pour chaque jeu de données. Une option consiste également à demander une description détaillée des jeux de données uniquement pour certains secteurs prioritaires.

    Option 2 : Inclure les jeux de données et la matrice des indicateurs dans l’exercice de cartographie des données

    Le périmètre de l’exercice de cartographie des données peut être réduit en considérant :

    1. Le nombre et l’éventail des indicateurs à examiner
    Il y a plusieurs manières de décider du nombre et de l’éventail des indicateurs à inclure dans la matrice :

    • Sélectionner les fournisseurs de données principaux au lieu de sélectionner des indicateurs. Par exemple, l’équipe-pays de la PNIN en Côte d’Ivoire a décidé d’enquêter sur toutes les données disponibles dans les ministères clés (santé, éducation, genre, affaires sociales, agriculture, ressources animales, eau, économie, finances et planification) et d’autres agences connues pour la gestion de bases de données (Agence nationale de développement rural, Offices nationaux de l’eau, etc.).
    • Se reporter au plan de suivi & évaluation et à la liste des indicateurs multisectoriels qui sont joints à un Plan national d’action multisectoriel pour la nutrition. Si cette liste est encore trop longue, des indicateurs clés peuvent être identifiés et sélectionnés. Par exemple, l’équipe-pays de la PNIN au Guatemala a sélectionné 70 indicateurs clés à partir du plan de suivi & évaluation. Cela voudrait dire que la matrice des indicateurs est limitée à ces 70 indicateurs mais que la description des jeux de données nécessiterait d’avoir un périmètre plus large.
    • Adapter le système SUN MEAL qui inclut une liste d’indicateurs multisectoriels (environ 300) et une sous-sélection d’indicateurs clés (environ 70) pour la nutrition.

    2. Le niveau de détail des informations à collecter pour chaque jeu de données
    Plusieurs options sont à prendre en compte pour décider du niveau de détail de chaque indicateur, notamment :

    • Remplir intégralement une matrice des indicateurs. La matrice des indicateurs disponible ici est un exemple d’évaluation approfondie pour chaque indicateur sélectionné.
    • Ne compiler que les informations de base pour chaque indicateur. Par exemple, la PNIN au Burkina Faso a répertorié seulement tous les indicateurs disponibles dans les jeux de données et leur définition.
    • Compléter intégralement la matrice des indicateurs pour les secteurs clés (santé, agriculture, éducation, etc.) et rassembler des informations moins détaillées pour les secteurs moins prioritaires. Par exemple, la PNIN en Éthiopie a décidé de se concentrer sur la nutrition et l’EAH dans la première phase. Cela signifie qu’une matrice des indicateurs détaillée peut être complétée pour ces deux domaines et contenir des informations moins détaillées pour les autres domaines.
  • Entretien avec l’équipe PNIN du Niger sur la cartographie des données, 15/11/2018

    • Issiak Balarabé MAHAMANE, Assistant du Secrétaire Général, INS
    • Guillaume POIREL, Chef de mission de l’assistance technique PNIN, SOFRECO

    Rappel
    L’équipe PNIN du Niger a conduit, dans la phase de démarrage du projet, une étude de cartographie des données entre novembre 2017 et mai 2018 en faisant appel à un consultant externe. L’objectif était de réaliser un « état des lieux et une analyse des système d’informations et des données pour la nutrition au Niger ». L’étude a été mise en œuvre par l’INS (Institut National de la Statistique), sous la direction stratégique du Haut-Commissariat à l’initiative « les Nigériens Nourrissent les Nigériens » (I3N). Cet entretien met en évidence :

    • la manière dont les résultats de la cartographie ont été utilisés pour élaborer un plan de renforcement des capacités pour les secteurs ;
    • la manière dont a été gérée l’absence de définition officielle des indicateurs clés pour la nutrition ;
    • des recommandations méthodologiques pour la collecte des informations.

    Comment s’est déroulée l’étude ? Quelles ont été les principales difficultés rencontrées ?
    Les structures à enquêter ont été ciblées en se basant sur les institutions citées comme « responsable » ou « collaborative » dans les huit engagements de la Politique Nationale de Sécurité Nutritionnelle (PNSN).
    Des questionnaires ont été transmis aux secteurs, engendrant une perte importante de temps. La meilleure méthode est de rencontrer directement les institutions et de faire ce travail de cartographie avec eux. Les informations nécessaires ont été obtenues seulement après 2-3 passages dans chaque institution et seules les institutions au niveau central ont été enquêtées. C’est une limite car certaines informations, notamment sur le dispositif de contrôle de la qualité des données, sont disponibles au niveau sous-national.
    Face à la masse d’information récoltée, il y a eu un gros travail de simplification et de restructuration qui a mobilisé les équipes de la PNIN. Des fiches par secteurs ont été rédigées, regroupant différents aspects.
    Cela a entrainé des délais et retards considérables : au lieu d’être finalisée en décembre 2017 comme initialement prévu, l’étude a été finalisée par le consultant en mai 2018 et puis approfondie par l’équipe PNIN jusqu’en février 2019.

    Comment avez-vous utilisé les résultats de l’étude ?
    D’abord, cette étude a permis d’avoir une information objective sur les données multisectorielles disponibles.
    Les résultats ont permis de dresser une première liste des indicateurs disponibles dans chaque secteur dans un fichier Excel.
    L’étude a aussi produit des fiches par secteur qui détaillent :

    1. Le cadre institutionnel ;
    2. Le cadre organisationnel ;
    3. Le dispositif de collecte ;
    4. Le dispositif de validation et d’assurance qualité ;
    5. Le dispositif de gestion des données,
    6. Les productions effectuées ;
    7. La diffusion et valorisation des informations ;
    8. Les données et indicateurs disponibles ;
    9. Les indicateurs sensibles à la nutrition ;
    10. Les indicateurs retenus pour la PNIN.

    Suite à cet exercice de cartographie des données, il est apparu nécessaire et urgent de constituer une base référentielle des indicateurs de la PNIN. En effet, il n’existe pas au Niger de cadre définissant une liste officielle d’indicateurs multisectoriels pour la nutrition. Nous travaillons pour retenir, dans chaque secteur, les indicateurs sensibles à la nutrition. Ces indicateurs serviront de base à la plateforme PNIN.

    Compte tenu des capacités au sein des institutions partenaires, nous avons décidé de recruter pour quatre mois des chargés d’études sectoriels qui disposent d’indicateurs clairement identifiés et devront s’assurer de la collecte des valeurs de chaque indicateur (de mi-octobre 2018 à mi-février 2019), prérequis nécessaire à l’organisation des données et à la construction du module « Nutrition Info ». Ces travaux permettront d’aboutir à :

    1. La consolidation de la base des indicateurs pour la nutrition. Ainsi, par exemple, nous avons constaté que dans le secteur de la Santé, 27 indicateurs nutrition manquaient dans la cartographie initiale. A ce jour, la consolidation s’effectue en plusieurs étapes : 1/ vérification de l’exhaustivité des indicateurs ; 2/ tri des indicateurs selon leur lien ou « sensibilité » à la nutrition ; 3/ remplissage des 23 champs pour chaque indicateur (définition, périodicité, méthode de calcul, etc.) ; 4/ validation de l’ensemble des champs pour les indicateurs retenus pour la PNIN. Aussi, 239 indicateurs ont été retenus pour les 3 secteurs couverts en cours (123 indicateurs pour la Santé, 23 indicateurs pour l’Education, 93 indicateurs pour l’Elevage et l’Agriculture).
    2. L’analyse sur la situation des statistiques nutritionnelles dans les secteurs bénéficiaires.
    3. La mise en place des fiches signalétiques pour chaque indicateur et validation de chaque fiche signalétique.
    4. La collecte des informations et documents.
    5. La mise à jour de la liste des contacts.

    Les chargés d’études sectoriels permettent aussi de renforcer les capacités de chaque secteur et de tisser des relations qui faciliteront l’accès aux données multisectorielles par la suite.

  • Exemple de matrice d’indicateurs

    Télécharger un exemple de matrice d’indicateurs au format Excel (développée à partir de l’expérience du Niger) :

    Excel - 15.3 ko